Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Passion Vélo / Montagne

Articles avec #velo : retour sur... tag

2016, une année bien remplie...

30 Décembre 2016 , Rédigé par Laurent Bruynooghe Publié dans #Vélo : Retour sur...

Le bilan 2016

En cette fin d'année 2016, il est déjà temps d'en faire le bilan...

Bien que je ne fasse plus de courses UFOLEP ou FFC, cette année sera pour moi, ma plus grosse année de cycliste en terme de km parcourus et d'épreuves longue distance.
Je vous laisse découvrir le bilan chiffré en fin de cet article.

2016 ou la météo au service du mental...

Ce sera aussi une année où mon mental aura été mis à rude épreuve à cause des conditions météorologiques sur la quasi totalité de ces épreuves.
Cela a commencé avec la Flèche Vélocio et 12 heures de pluie et vent de face sur les 24 heures que comptait cette épreuve avec mes compagnons de route Pascal Bride, Bruno Piesset (mon cher Valex) et Pierre Carlin.
Puis le BRM 300 de Kingersheim où nous avons subit la pluie et le froid alsacien durant 160km en compagnie de Bruno Piesset et Jacques Barge.
Ensuite, les 24 heures du Castellet (catégorie solo) où les orages se sont invités en début de nuit puis en fin de nuit obligeant beaucoup de concurrents a stopper notre progression durant plusieurs heures.
Il y eu aussi les 50 derniers km de la cyclosportive Les 3 Ballons couverts sous des trombes d'eau. J'étais tellement trempé que j'ai rendu mon dossard et n'ai même pas recupéré mon sac repas. Je suis reparti directement à la voiture et ai repris la route pour rentrer en région parisienne.
Sur la première marche du podium des épreuves par une météo dantesque est sans aucun doute L'Ardéchoise Vélo Marathon avec, en plein mois de juin, 4° au sommet du col du Mont Gerbier de Jonc et une pluie durant près de 5 heures. Mais cette épreuve disputée sur 275 km fut aussi ma plus belle satisfaction car j'ai enfin réussi à aller au bout. Nous sommes 53 finishers sur les 248 engagés.

2016 ou la déception de l'année...

Cette déception sera mon abandon sur le petit parcours du Raid Extrême Vosgien (le Ti-REV) au bout de 304 km sur les 400 km de l'épreuve. Mais je ne peux m'en prendre qu'à moi-même. Cette fois, c'est le mental qui a lâché !!! 
Au moment où j'aurais dû être fort dans ma tête, je ne l'ai pas été... 

J'étais engagé en catégorie Ultra avec assistance. Cela signifie que mon véhicule d'assistance me suit en permanence et que je n'ai pas le droit de rouler avec quelqu'un. Bref, c'est un Contre-La-Montre de 400km et 8500m de dénivelé...

Mon départ était fixé à 11h le samedi 30 juillet et tout s'est plutôt bien passé jusqu'au petit matin et le 2ème passage au col Amic. J'ai besoin de dormir une heure à ce moment-là. Je me pose dans la voiture et au bout de 20 minutes, je suis pris de nausées et vomissements. 
cela faisait déjà plusieurs heures que je n'arrivais plus à m'alimenter avec du solide et que je consommais de que du liquide. Mais la soupe proposée par l'organisation n'est pas passée...

Sans jeu de mots, ça m'a totalement vidé... Mais j'ai tout de même décidé de continuer et nous avons basculé et monté le col du Hundsruck. J'ai ensuite pris la direction du Ballon d'Alsace... Je n'en pouvait plus (enfin je pense) et j'ai posé pied à terre à 9km du sommet.

En y réfléchissant, il me restait ces 9km d'ascension puis le col de la Chevestraye à remonter. J'ai essayé de remonter sur le vélo mais,lorsqu'il s'est mis à nouveau à pleuvoir, j'ai lâché prise ! C'était probablement les gouttes d'eau de trop...

Mais comme je regrette cet abandon et je garde en tête depuis ce jour cette petite phrase : 

La douleur est temporaire, l'abandon est définitif

Il faudra que je médite sur cette maxime afin de ne jamais l'oublier lors de mes prochains défis...

2016 ou l'année de belles rencontres et beaux échanges...

Les Anges Gardiens

Mon année 2016 a débuté avec une bonne idée : Monter une équipe d'Anges Gardiens pour les cyclosportives organisées par Eric Ramos à savoir La Jacques Gouin et La Vélostar.
En résumé, sur une cyclosportive, il y a environ 50 à 100 coureurs qui se battent pour tenter de décrocher un podium au scratch ou dans leur catégorie d'âge. Mais qu'en est-il des autres ? Faut-il pour autant les oublier ? Je pense que NON et encore plus pour ceux qui sont très loin des premiers et pour lesquels c'est aussi un objectif de terminer cette cyclosportive. 
D'où mon idée de créer le groupe des Anges Gardiens : une bande de 4 gars roulant ensemble partant de la l'arrière du peloton et créant une sorte de groupetto pour permettre à tous de rallier la ligne d'arrivée dans la bonne humeur. Connaissant très bien les parcours proposés par ces 2 cyclosportives, nous donnons des conseils sur l'utilisation des braquets dans les côtes et des risques éventuels sur la route.

Notre groupe semble avoir eu un beau succès sur les 2 épreuves à un tel point que je vais renouveler l'expérience avec l'accord d'Eric Ramos..

Le Team Cyclosportissimo

Cette année a été riche en rencontres grâce au Team Cyclosportissimo (http://www.cyclosportissimo.com/). 
Durant l'hiver 2015-2016, mon envie de pratique de la longue distance s'est confirmée et le hasard a fait que Patrick Gilles, président de l'association, a décidé de créer un groupe de cyclistes adeptes des épreuves de longue distance et ultra distance. 
Au sein de mon club, je fais un peu office d'extra-terrestre avec ma pratique. Du coup, je cherchais le moyen de rencontrer des adeptes du même type d'épreuves voire plus afin d'échanger autour de cette pratique et de continuer d'apprendre tout en restant dans mon club actuel (TCV91)

Nous nous sommes donc rencontrés les 20-21 février 2016 lors lors d'un weekend à Saint-Donat-sur-l'Herbasse (Drôme) où nous avons échange lors de sorties vélo, repas et assemblée générale de l'association. Ce fut une véritable révélation car je me suis rendu compte que premièrement, je n'étais pas seul à évoluer ainsi au sein de clubs cyclistes et, deuxièmement, nous nous sommes tous très bien entendus dès les premières minutes passées ensemble.

Ainsi, nous avons disputé quelques épreuves ensemble au cours de cette année 2016 mais aussi et surtout avons créé des liens d'amitiés avec une vraie solidarité lors de moments de difficulté... Jamais la devise "On part ensemble, on arrive ensemble" n'a eu autant de valeur...
Notre dernier weekend passés tous ensemble pour conclure la saison 2016 et parler de 2017 a été extra : 3 jours passés sous le soleil de la Drôme Provençale à rouler, rigoler, parler, écouter et admirer... 

Quelques femmes et hommes 2016

En dehors de ces rencontres, il y eu aussi de beaux weekends comme ce super co-voiturage lors du weekend des 24 heures du Castellet avec mon ami Eric Leblacher qui fut aussi très apprécié des copains du team Cyclosportissimo pour sa gentillesse et sa simplicité durant l'épreuve. Eric que nous reverrons lors du Raid Extrême Vosgien.
Je rencontrerai aussi Anne-Marie Egger au Castellet.
Ce beau weekend lors de l'Ardéchoise non pas en terme de météo mais niveau ambiance et accueil par Brigitte Creton et notre super repas d'après épreuve avec Baptiste Fontaine, Valex, Franco et toute l'équipe du Team Mont Ventoux.

Les quelques km passés Eric Valade, Séverine Grosjean et Pauline Ricord au cours d'un sympathique Boulogne-Chateauneuf-Boulogne ou les Toboggans Meudonnais.
J'ai aussi fait la connaissance de Didier Ryatt Ferrari et  sa compagne Marie-Pierre lors d'un Tour de l'Essonne ensoleillé...

Il y a aussi les copains de mes balades du samedi matin : Gégé (bien sûr), Patoche, les 2 Freds, Francky, Manu, Olivier et quelques autres...

Puis il y eu le Raid Extrême Vosgien car, au delà de cet abandon, je ne pourrai jamais oublier ce que mes 2 assistants ont fait pour moi durant ces 2 jours. Patrick Boucherez et Gérard Boivin qui se sont dévoués pour moi en oubliant parfois de manger, boire ou même dormir...

Et enfin, ce magnifique BRM 300 de Kingersheim où Jacques Barge et Bruno Piesset (oups... surnommé Valex) on passé près de 150km à m'encourager et m'attendre dans les cols sous une météo terrible...

Que cette année fut belle avec vous tous !!!

2016 en images...

Avant un récapitulatif chiffré, voici mon année 2016 en images...

20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo
20-21 février : le weekend Cyclosportissimo

20-21 février : le weekend Cyclosportissimo

6 mars : Les Anges Gardiens sur La Jacques Gouin (119km - 936m de D+)
6 mars : Les Anges Gardiens sur La Jacques Gouin (119km - 936m de D+)

6 mars : Les Anges Gardiens sur La Jacques Gouin (119km - 936m de D+)

25-26 mars : La Flèche Vélocio (438km - 5600m de D+)
25-26 mars : La Flèche Vélocio (438km - 5600m de D+)
25-26 mars : La Flèche Vélocio (438km - 5600m de D+)
25-26 mars : La Flèche Vélocio (438km - 5600m de D+)
25-26 mars : La Flèche Vélocio (438km - 5600m de D+)
25-26 mars : La Flèche Vélocio (438km - 5600m de D+)
25-26 mars : La Flèche Vélocio (438km - 5600m de D+)
25-26 mars : La Flèche Vélocio (438km - 5600m de D+)

25-26 mars : La Flèche Vélocio (438km - 5600m de D+)

30 avril : Le BRM 300 de Kingersheim (305km - 6828m de D+)
30 avril : Le BRM 300 de Kingersheim (305km - 6828m de D+)
30 avril : Le BRM 300 de Kingersheim (305km - 6828m de D+)
30 avril : Le BRM 300 de Kingersheim (305km - 6828m de D+)

30 avril : Le BRM 300 de Kingersheim (305km - 6828m de D+)

28-29 mai : Les 24 heures du Castellet en solo (520km - 3620m de D+)
28-29 mai : Les 24 heures du Castellet en solo (520km - 3620m de D+)
28-29 mai : Les 24 heures du Castellet en solo (520km - 3620m de D+)
28-29 mai : Les 24 heures du Castellet en solo (520km - 3620m de D+)
28-29 mai : Les 24 heures du Castellet en solo (520km - 3620m de D+)
28-29 mai : Les 24 heures du Castellet en solo (520km - 3620m de D+)

28-29 mai : Les 24 heures du Castellet en solo (520km - 3620m de D+)

11 juin : Les 3 Ballons (217km - 4103m de D+)
11 juin : Les 3 Ballons (217km - 4103m de D+)
11 juin : Les 3 Ballons (217km - 4103m de D+)

11 juin : Les 3 Ballons (217km - 4103m de D+)

18 juin : L'Ardéchoise Vélo Marathon (265km - 5300m de D+)
18 juin : L'Ardéchoise Vélo Marathon (265km - 5300m de D+)
18 juin : L'Ardéchoise Vélo Marathon (265km - 5300m de D+)
18 juin : L'Ardéchoise Vélo Marathon (265km - 5300m de D+)
18 juin : L'Ardéchoise Vélo Marathon (265km - 5300m de D+)
18 juin : L'Ardéchoise Vélo Marathon (265km - 5300m de D+)

18 juin : L'Ardéchoise Vélo Marathon (265km - 5300m de D+)

26 juin : L'Alsacienne (179km - 4530m de D+)
26 juin : L'Alsacienne (179km - 4530m de D+)
26 juin : L'Alsacienne (179km - 4530m de D+)

26 juin : L'Alsacienne (179km - 4530m de D+)

30-31 juillet : Le Raid Extrême Vosgien (303km - 6395m de D+)
30-31 juillet : Le Raid Extrême Vosgien (303km - 6395m de D+)
30-31 juillet : Le Raid Extrême Vosgien (303km - 6395m de D+)
30-31 juillet : Le Raid Extrême Vosgien (303km - 6395m de D+)
30-31 juillet : Le Raid Extrême Vosgien (303km - 6395m de D+)

30-31 juillet : Le Raid Extrême Vosgien (303km - 6395m de D+)

Les copains...
Les copains...
Les copains...
Les copains...
Les copains...
Les copains...
Les copains...
Les copains...
Les copains...
Les copains...
Les copains...
Les copains...

Les copains...

Le Team Cyclosportissimo

Le Team Cyclosportissimo

Mon club : le TCV 91...

Mon club : le TCV 91...

2016 en quelques chiffres

Distance totale : 12 592,1 km
Temps passé : 472h 57min
Dénivelé : 97 010 m
Nombre de sorties : 116

La sortie la plus longue : 520km lors des 24 heures du Castellet
Le plus gros dénivelé en une sortie : 6395m lors du Raid Extrême Vosgien
Le plus gros mois : Avril avec 1406km parcourus

2016 année terminée et 2017 ?

L'année 2016 se termine sans usure mental ni physique et tout de même avec un gros kilométrage pour moi qui ne peut rouler que le weekend et quelques matins tôt en semaine.

Pour 2017, je pars sur une base à peu près identique avec déjà quelques épreuves inscrites au programme : 

28 janvier : Le Tour de Paris by Lolo avec quelques copains du Team Cyclosportissimo (320km)
5 mars : La Jacques Gouin en tant qu'Ange Gardien (119km et 900m de D+)
15-19 mars : Stage vélo dans le Jura (4 jours de vélo)
14-16 avril : La Flèche Velocio (environ 530km)
6 mai : BRM 300km de Kingersheim (300km et 6800m de D+)
17 juin : l'Ardéchoise Vélo Marathon (275km et 5500m de D+)
15 juillet : Le Tour du Mont Blanc Cyclo (330km et 8000m de D+)
26-27 août : Les 24 heures du Mans en duo avec Steff.
Septembre : L'Ultra Revival Tour de France (si confirmé)

Entre toutes ces épreuves, il y aura aussi quelques BRM dont un de 600km (ou plus) et quelques rando cyclo ou cyclosportives.

Il y a tellement de choses à faire que je n'aurai pas assez d'une vie !

Mais en attendant 2017, je vous souhaite à toutes et tous de bonnes fêtes de fin d'année...

RDV en 2017 !!!

 

Lire la suite

Devenir cinglé... du Ventoux...

1 Mars 2016 , Rédigé par Laurent Bruynooghe Publié dans #Vélo : Retour sur...

La genèse

Le weekend de l'Ascension 2005, nous sommes partis avec 2 copains, Marc et Gérard (et oui Gégé faisait déjà partie d'aventure) au Mont Ventoux pour le gravir par ses 3 routes d'accès en 3 jours : Le vendredi 6 mai 2005 par Malaucène, samedi 7 mai par Bédoin et dimanche 8 mai par Sault.

Pour nous à cette époque, c'était déjà un exploit car ni Gérard, ni moi n'avions fait la moindre ascension de col depuis nos débuts en vélo.

Pour rappel, j'ai débuté le vélo en février 2003 en fort surpoids (92kg pour 1m76).

Les années ont passé, les km se sont enchainés et le Ventoux est resté encré dans nos têtes. Il n'en est jamais sorti.

A vrai dire, nous nous disions durant toutes ces années que ce serait une belle chose de se tenter ce défi appelé "Les cinglés du Ventoux" : Gravir le Mont Ventoux par ces 3 routes d'accès dans la même journée.

J'ai même commandé ma carte de route de ce défi en 2012 mais il est toujours resté sur une étagère près de mes vélos. En passant à côté, cela me rappelait que j'avais toujours ce défi à tenter.

Il me fallait finalement un événement déclencheur...

Le déclencheur

Après une grosse chute lors de ma préparation pour les 24 heures du Mans 2015 où j'ai terminé à l'hôpital, l'épreuve fut très difficile à terminer. Nous finissons à une honorable 10ème place avec mon pote du team Road Rocker (Steff) mais je suis persuadé que si je n'avais pas vécu cette chute, nous aurions été bien meilleurs.

Je voulais donc terminer ma saison de vélo sur route 2015 par une note plus joyeuse. Alors pourquoi ne pas tenter un cinglé du Ventoux au mois de septembre si la météo le permet ?

J'en parle tout naturellement à mon pote Gégé qui répond partant tout de suite. Il ne tentera pas les 3 ascensions dans la même journée car n'a pas les km suffisants.

Le weekend le plus approprié en fonction de nos calendriers et, par chance, de la météo, est celui du 26-27 septembre.

Rendez-vous est donc pris avec Gérard pour un départ en direction de Bedoin vendredi 25 septembre au matin.

La veille

Réservation d'un chalet près du centre ville de Bedoin en poche, nous nous mettons en route ce vendredi 25 septembre au matin.
Le départ se fait de bonne heure afin d'avoir le temps de se dégourdir les jambes car je tente mon défi dès samedi.

Nous avons l'habitude de partir avec Gérard. Du coup, le trajet se passe toujours admirablement bien. Nous refaisons le monde, nous le défaisons, nous parlons de tout et de rien...

Après avoir déjeuné près de Bedoin, nous arrivons à notre camps de base en début d'après-midi...

L'arrivée à Bédoin et notre camp de base...
L'arrivée à Bédoin et notre camp de base...
L'arrivée à Bédoin et notre camp de base...
L'arrivée à Bédoin et notre camp de base...

L'arrivée à Bédoin et notre camp de base...

Après notre installation, nous décidons d'aller faire quelques km en vélo pour nous dégourdir les jambes après plus de 650km de voiture.

Nous faisons environ 13km de vélo en guise de décontraction. Il fait bon dans la région en ce dernier weekend de septembre.

Sortie de décontraction sur fond de Géant de Provence...
Sortie de décontraction sur fond de Géant de Provence...
Sortie de décontraction sur fond de Géant de Provence...
Sortie de décontraction sur fond de Géant de Provence...
Sortie de décontraction sur fond de Géant de Provence...
Sortie de décontraction sur fond de Géant de Provence...
Sortie de décontraction sur fond de Géant de Provence...
Sortie de décontraction sur fond de Géant de Provence...
Sortie de décontraction sur fond de Géant de Provence...

Sortie de décontraction sur fond de Géant de Provence...

Après cette balade, je contacte Sylvie Blanc qui habite la région afin de profiter de notre passage pour passer lui faire un petit coucou.

Je profite souvent de mes passages dans les régions de France pour essayer de voir ne serait-ce que quelques instants les personnes avec lesquelles j'échange sur Facebook.

Nous passons un agréable moment avec Sylvie autour d'un verre de l'amitié...

Retrouvailles avec Sylvie Blanc...
Retrouvailles avec Sylvie Blanc...

Retrouvailles avec Sylvie Blanc...

Le soir, nous trouvons une pizzeria dans Bedoin près de l'Office du Tourisme...
Le menu n'est pas étonnant pour ceux qui me connaissent : Pizza et bière.
C'est un moment toujours aussi sympathique avec Gégé !

Nous rentrons ensuite à notre camp de base avec pour objectif de nous mettre en route le lendemain matin vers 7h30-7h45.

Le parcours

Je décide d'enchainer les montées de façon atypique pour quelqu'un qui tente pour la première fois un cinglé du Ventoux.

Je connais très bien les montées de Malaucène et Bedoin.

Je n'ai monté Sault que 2 fois mais j'avais le souvenir de pourcentages assez faciles jusqu'au Chalet Reynart mais une route sans aucun rendement, erreur de ma part car elle a entièrement été refaite 2 ou 3 ans auparavant.

Malaucène m'a fait toujours mal avec ses pentes irrégulières. C'est donc la raison pour laquelle je vais commencer par ce côté-ci.

Et je veux terminer par Bedoin en guise de cerise sur le gâteau.

L'enchainement est donc le suivant : Malaucène pour souffrir de début, Sault pour me reposer et Bedoin en apothéose.

Avoir choisi Bedoin en dernière ascension a failli me couter cher (nous verrons plus loin).

Gégé ne fera pas les 3 ascensions mais veut en faire au moins une. Nous décidons donc de faire les premiers km ensemble voire la première ascension par Malaucène.

Le départ et les premiers km avec Gégé

Le jour J est arrivé !!!

Nous sommes samedi 26 septembre et la météo est plutôt clémente au réveil.
Je regarde les dernières nouvelles : Un vent de 30 km/h est annoncé au sommet du Ventoux pour la journée avec une température clémente.

Je vais donc pouvoir partir en cuissard court, maillot manches courtes avec manchettes et un coupe-vent pour les descentes.

Nous prenons notre petit déjeuner puis nous préparons tranquillement toujours dans une bonne ambiance.

Notre camp de base se trouvant à Bedoin, nous partons en vélo vers 7h40 de celui-ci et nous dirigeons vers Malaucène par le col de la Madeleine.

C'est une montée douce d'environ 6,5km que nous montons pour nous échauffer. Il fait un peu frais au départ et cette montée nous permet de monter en température.

Arrivés à Malaucène, mon second sport de la journée après le vélo est de trouver un magasin avec un tampon pour être apposé sur ma carte de route avec les heures de passage.
C'est chose faite...

Ma tentative de cinglés du Ventoux peut donc réellement commencer !!!

Nous débutons la première ascension à 8h25...

Départ de Malaucène avec Gégé...

Départ de Malaucène avec Gégé...

Le début de la montée par Malaucène se fait avec Gérard. Nous discutons un peu puis je sens qu'il commence à souffler un peu et à devoir entrer dans sa bulle...

Alors je me mets devant en regardant parfois derrière moi parce que je souhaite l'accompagner.

A bout de 3 km, Gégé me dit de partir et ne pas l'attendre de continuer seul.
Nous décidons que je l'appelle à la fin de ma 2ème ascension pour voir s'il veut m'accompagner sur ma 3ème montée.

Premier sommet

Nous nous souhaitons bon courage mutuellement et je me mets dans mon rythme.

Comme je le disais précédemment, la montée par Malaucène m'a toujours fait souffrir mais là, je décide de prendre un rythme tranquille et ne faire qu'en fonction de mes sensations. C'est une façon de faire qui me réussit très souvent : Pas de sur-régime, pas de cardio trop haut et pas d'affolement si j'ai un coup de moins-bien !!! C'est aussi cde que j'ai appris en faisant un peu de longue distance.

Les rampes à 14% de cette montée passent bien finalement. Il en est de même avec les 6 derniers km depuis le chalet Liotard.
En effet, j'ai confirmation que le vent ne devrait pas être trop violent pour les montées suivantes.

J'atteins mon premier sommet à 10h20 !!!

Arrivé au premier sommet...

Arrivé au premier sommet...

Je fais une pause au sommet pour quelques photos et en attendant que le magasin de souvenirs ouvre pour que je puisse faire tamponner ma carte de route.

Il est vrai que j'aurais pu attendre ma 2ème ascension mais comme il était en train d'ouvrir, je n'ai pas perdu de temps.

Par ailleurs, cela me permettait de faire un pause et profiter du moment.

L'objectif d'une telle tentative n'est pas de battre un record mais d'aller au bout des 3 ascensions.

Après cette pause, je me mets en route pour Sault, ma 2ème étape du jour.

Sault puis second sommet

La descente est très agréable jusqu'au chalet Reynard, il n'y a quasiment pas de vent, peu de cyclistes et peu de voitures La suite est tout aussi délicieuse du fait que la route a été refaite quasiment jusqu'à Sault.

Je trouve en centre ville de Sault un bar me permettant de tamponner ma carte de route et repartir pour ma seconde ascension.

Arrivé à Sault... avant de repartir...

Arrivé à Sault... avant de repartir...

Il est 11h20 lorsque je repars de Sault pour ma deuxième ascension du jours.

Cette ascension est tout simplement une formalité, un plaisir... Les 20 km de montée jusqu'au chalet Reynard pourraient être assimilés à un long faux-plat comparé à Malaucène ou Bedoin mais il reste les 6 km depuis le chalet jusqu'au sommet.

Finalement, ça passe bien et j'atteins mon second sommet à 13h20.

Arrivé au second sommet...
Arrivé au second sommet...
Arrivé au second sommet...
Arrivé au second sommet...
Arrivé au second sommet...
Arrivé au second sommet...
Arrivé au second sommet...
Arrivé au second sommet...

Arrivé au second sommet...

Descente sur Bedoin et pause...

Je m'arrête 3 fois au cours de la descente vers Bedoin pour tenter de joindre Gégé mais le réseau téléphonique manque...

Lorsque je réussis à le joindre, il me dis qu'il vient de se reposer car il est arrivé depuis peu de temps mais il a réussi son ascension du Ventoux par Malaucène...

Chapeau mon Gégé pour ton ascension du Ventoux !!!

Du coup, il ne souhaite pas m'accompagner en vélo pour ma dernière montée mais à ma demande, me rejoindra à Bedoin pour me suivre sur l'ascension.

J'ai demandé à Gégé s'il pouvait me suivre car j'ai ressenti une petite alerte durant les relances en sortie de virage sur la descente : Les jambes semblent ne plus tourner tout à fait pareil et sont un peu lourdes !

Nous nous rejoignons sur le parking se trouvant le long du premier km de la montée à la sortie de Bedoin.

Je fais donc une pause avant de repartir... Je dis à Gégé que je commence à sentir la fatigue et que je pense que je me suis mal alimenté durant les premières heures.

C'est une grosse erreur de ma part qui me servira de leçon pour plus tard.

Mais là, je vais le payer cash ou presque !

Il est 14h20 et je commence ma dernière ascension avec Gérard qui va me suivre, me doubler et m'attendre tous les 2 ou 3 km environ.

Une pause à Bedoin avant de partir pour la dernière montée...
Une pause à Bedoin avant de partir pour la dernière montée...
Une pause à Bedoin avant de partir pour la dernière montée...

Une pause à Bedoin avant de partir pour la dernière montée...

La dernière montée : Le paradis bout de l'enfer...

Après cette pause, il faut donc penser à repartir.

Les 4 premiers km jusqu'au fameux virage du restaurant sont faciles mais les jambes ne tournent plus si bien que les 2 premières ascensions.

C'est d'ailleurs là que je me dis que j'aurais mieux fait de monter par Sault en dernier...

Mais j'ai appris avec le peu d'expérience que j'ai !!! Alors, je prends mon mal en patience en attendant de meilleures sensations.

Mais ces sensations ne viennent pas alors je profite de la présence de Gégé pour passer en mode "léger" et me délester de ma sacoche sous selle, un bidon et vider mes poches dans la voiture.

J'arrive au fameux virage où débute l'enfer de la montée par Bedoin. Je prends chaque coup de pédale comme une étape me rapprochant de mon Graal du jour...

Les pourcentages ne descendent quasiment pas sous les de 10% durant près de 10km jusqu'au Chalet Reynard.

Gérard est adorable avec moi : Il m'encourage lorsqu'il me dépasse en voiture et à chaque fois que je m'arrête à sa hauteur, il me propose de boire ou manger quelque chose.
Nous arrivons ainsi à atteindre le Chalet Reynard vers 16h05.

Dans les pourcentages les plus durs de la montée depuis Bedoin...
Dans les pourcentages les plus durs de la montée depuis Bedoin...

Dans les pourcentages les plus durs de la montée depuis Bedoin...

Je dis à Gérard que nous faisons une pause en terrasse du chalet pour profiter un peu de me reposer au soleil du Ventoux...

Cette pause est salvatrice... 25 minutes d'arrêt en terrasse à discuter de tout et de rien comme toujours... Bref, se changer un peu les idées après ces heures d'effort !!

Pause à Chalet Reynard...

Pause à Chalet Reynard...

Au bout de ces 25 minutes de pause, je repars en disant à Gégé : "Dernière ligne droite... C'est parti !!!"

Je ne poserai plus pied à terre avant le sommet... Hors de question de m'arrêter encore et encore...

Les jambes tournent mieux après cette pause...

Gérard en profite pour prendre quelques photos et m'encourager à chaque passage...

A 1,2 km du sommet, la stèle Simpson est passée et je fais toujours le même signe lorsque je passe... un doigt vers le ciel puis vers sommet !!!

Le vent est faible et le passage du col des Tempêtes est facile...

Il reste la dernière rampe après ce virage en épingle à cheveux et le Graal du jour est atteint !!!

Il est 17h19 et je suis au sommet de ma 3ème montée du Ventoux du jour !!!

Je suis quasiment un cinglé du Ventoux !!!
Il ne me reste plus que la descente à faire mais avant, je me délecte de cette arrivée au sommet...

On se congratule avec Gérard, on rigole et nous discutons avec d'autres cyclistes qui tentaient la même chose ce jour-là (il étaient 3) !!!

Il n'y a plus de fatigue !!!

Depuis le Chalet Reyard jusqu'au sommet...
Depuis le Chalet Reyard jusqu'au sommet...
Depuis le Chalet Reyard jusqu'au sommet...

Depuis le Chalet Reyard jusqu'au sommet...

3ème sommet... Le Graal !!!
3ème sommet... Le Graal !!!

3ème sommet... Le Graal !!!

La descente vers Malaucène, point de départ est obligatoire pour valider la carte de route et les heures de passage...

Mais cette descente est une formalité... simple, facile malgré le fait de devoir rester lucide car c'est une descente rapide où on peut atteindre des vitesses importantes. Ce que je ne fais pas car sans intérêt pour l'objectif du jour...

Nous arrivons à Malaucène à 18h01... Le parcours est donc ainsi bouclé...

Ce Samedi 26 septembre 2015, je deviens donc le 8604ème cinglé du Ventoux dans la confrérie du même nom !!!

Merci Gégé !!!

Quand je dis "Nous arrivons à atteindre...", c'est ensemble avec mon pote Gérard que nous avons atteint cet objectif et le 3ème sommet !!!

A aucun moment, je n'ai eu envie de faire demi-tour mais les encouragements de Gérard et nos échanges sur cette dernière ascension ont été des plus bénéfiques !!!

Merci Gégé pour cette aventure et bravo pour cette belle montée par Malaucène !!!

Merci Gégé !!!

Merci Gégé !!!

Lire la suite

L'après 24h du Castellet et un peu de montagne

5 Août 2015 , Rédigé par Laurent Bruynooghe Publié dans #vélo : Objectifs, #Vélo : Histoires de sortie, #Vélo : Retour sur...

L'après Castellet

Mon premier objectif de la saison passé non sans douleurs puisque, sur l'épreuve des 24 Heures du Castellet en catégorie solo, une tendinite récente m'a permis de ne terminer qu'avec 358km au compteur au lieu des 600km que je m'étais fixé, il fallait se remettre en selle et penser au suivant : Les 24 heures du Mans en duo avec mon partenaire et ami Stéphane Cruveiller. L'épreuve se déroule les 22 et 23 Aout 2015.

Quelques images des 24h du Castellet

L'après 24h du Castellet et un peu de montagne
L'après 24h du Castellet et un peu de montagne
L'après 24h du Castellet et un peu de montagne
L'après 24h du Castellet et un peu de montagne
L'après 24h du Castellet et un peu de montagne
L'après 24h du Castellet et un peu de montagne
L'après 24h du Castellet et un peu de montagne
L'après 24h du Castellet et un peu de montagne
L'après 24h du Castellet et un peu de montagne
L'après 24h du Castellet et un peu de montagne
L'après 24h du Castellet et un peu de montagne
L'après 24h du Castellet et un peu de montagne
L'après 24h du Castellet et un peu de montagne

Mais avant de débuter ma préparation pour Le Mans, il me fallait me poser un peu...

Cool en Juin

Je me suis donc posé durant 5 semaines après avoir enchainé les 24 heures du Castellet (16-17 Mai), les Boucles de la Marne (30 Mai) et la flèche Normande (7 Juin).

Je n'ai pas complètement coupé durant ces 5 semaines : Quelques sorties tout de même sur route et en cyclocross et une course en nocturne.

Mais cela a permis à ma tendinite de se calmer définitivement.

Un peu de montagne en Juillet

Je suis parti le weekend du 4-5 Juillet sur Annecy pour monter quelques cols (La Forclaz, col de l'Epine, La Colombière, les Aravis entre autres) dans le but de prendre quelques sensations car je participais à l'épreuve superbement organisée par LVO : L'Arvan Villard - La Trilogie de la Maurienne du 12 au 14 Juillet.

C'est une épreuve sur 3 jours avec au programme des cols et encore des cols : Les fameux lacets de Montvernier, les cols de Chaussy, La Madeleine, Le Télégraphe, le Galibier, Le Glandon, La Croix de Fer, le Mollard et la montée de La Toussuire. Une partie de ces cols fut d'ailleurs aussi monté par les participants à l'Etape du tour 2015.

Je n'ai finalement participé qu'aux 2 premières étapes car je ne voulais pas terminer en souffrance le 3ème jour avec les cols du Glandon, Croix de Fer, Le Mollard et la Toussuire.

En fait, j'ai fait cette 3ème étape en voiture avec Mickael Gagne afin de ravitailler les coureurs et leur remplir les bidons. C'est aussi très sympa de voir la course de l'autre côté.

Voici quelques photos de mon weekend à Annecy

Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy
Le weekend autour d'Annecy

Le weekend autour d'Annecy

Et quelques photos de la trilogie de la Maurienne

La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne
La trilogie de la Maurienne

La trilogie de la Maurienne

Après cette trilogie où la chaleur fut le fil rouge avec près de 38° chaque jours à Saint Jean de Maurienne et un retour tout aussi caniculaire, il est temps de partir en vacances...

Très prochainement, un article sur mes vacances "studieuses"

Merci à vous tous qui me suivez...

Lire la suite

Bonnes fêtes de fin d'année...

24 Décembre 2014 , Rédigé par Laurent Bruynooghe Publié dans #Vélo : Retour sur...

Bonnes fêtes de fin d'année...
Bonnes fêtes de fin d'année...
Bonnes fêtes de fin d'année...

En cette année 2014 qui se termine, je voulais vous remercier de m'avoir suivi et encouragé tout au long de mes défis.

L'année 2015 approche avec de nouveaux objectifs dont je reparlerai en temps et en heure.

En attendant, je vous souhaite à tous de bonnes fêtes de fin d'année.

Prenez soin de vous et de vos proches...

Mieux vaut tenter de vivre ses rêves que de rêver sa vie...
Mieux vaut tenter de vivre ses rêves que de rêver sa vie...
Mieux vaut tenter de vivre ses rêves que de rêver sa vie...
Mieux vaut tenter de vivre ses rêves que de rêver sa vie...
Mieux vaut tenter de vivre ses rêves que de rêver sa vie...
Mieux vaut tenter de vivre ses rêves que de rêver sa vie...

Mieux vaut tenter de vivre ses rêves que de rêver sa vie...

Lire la suite

Découverte du trail (et de nuit qui plus est)

13 Novembre 2014 , Rédigé par Laurent Bruynooghe Publié dans #Vélo : Retour sur..., #Running Trail & Rando

La genèse

En ce Vendredi 7 Novembre au soir, je suis chez moi après le diner à me demander quelle sortie vélo je vais pouvoir faire le lendemain matin.
J'envoie alors un sms à mon pote Manu pour lui proposer de venir rouler avec moi comme nous le faisons de temps en temps. Manu me répond qu'il ne roulera pas Samedi matin car il participe au trail La By Night au départ de Mondeville à une dizaine de km d'ici.
Je le laisse donc en lui souhaitant bon courage...

1h30 plus tard, il m'envoie un sms sans équivoque : "Tu viens avec moi ?"

Je lui demande donc quelques infos et je vais regarder sur le site de l'organisateur les détails supplémentaires.

C'est un trail de 21 km en autosuffisance (donc aucun point de ravitaillement) avec 400m de dénivelés dans un secteur que je connais un peu pour y avoir fait un peu VTT.

Je sais que j'ai les 21 km dans les jambes pour avoir fait les 20 km de Paris un mois plus tôt. Les 400m de dénivelés ne me font pas très peur car ils sont répartis 8 difficultés environ.

Depuis un an en suivant les exploits de certains de mes contacts Facebook, j'ai envie de m'essayer sur cette discipline.

"C'est peut-être la bonne occasion ?", me dis-je

J'appelle Manu et, après avoir échangé sur son expérience de trail qui se résume à une de 18 km en Corse cette année, nous convenons de nous y rendre ensemble.

Nous nous donnons rendez-vous vers 16h afin d'avoir le temps d'aller sur place pour que j'inscrive (Manu étant déjà engagé).

Le départ de l'épreuve est à 17h30.

La préparation

Le reste de la soirée, je me pose un tas de questions : Que dois-je emmener avec moi ? Est-ce que je vais bien voir avec ma lampe frontale ? quel chrono vais-je bien pouvoir faire ? etc... etc...

J'obtiendrai réponse à toutes ces questions le lendemain.

Samedi matin, du coup, je ne fais pas de sortie vélo. J'en profite pour préparer les affaires que je vais emporter .

Sac à doc, Camel back, 2 lampes frontales dont une que je garderai à la main comme lorsque je cours de nuit, bonnet, vêtements, ravito (barres & gel), mes chaussures de trail.

Tout est enfin prêt en fin de matinée et je n'ai plus qu'à attendre l'heure pour partir chercher Manu.

Les affaires sont prêtes

Les affaires sont prêtes

En attendant, je me dis que je suis un peu dingue d'avoir décidé à l'arrache de participer à cette épreuve. Ca se prépare et je suis certain que je risque d'en baver car je n'ai aucune technique en descente, que je n'ai pas trop l'habitude de courir sur les chemins.

Les montées ne m'inquiètent pas particulièrement. Au pire, je marcherai et reprendrai à courir au sommet...

Mais j'ai hâte d'y être tout de même !!!

L'avant course

Il est un peu avant 16h et je me mets donc en route pour aller chercher Manu. J'arrive comme prévu .

Ensuite, il ne nous faut pas très longtemps pour atteindre Mondeville.

C'est un village connu dans la région pour ces bois, son plateau venté, ces sentiers techniques parcourus par nombres de VTTistes, randonneurs à pieds ou trailers.
Nombres d'épreuves sportives passent par ces chemins.

Nous échangeons nos impressions avec Manu durant le trajet. Manu me prévient qu'un partie du parcours risque d'être gras et qu'il faudra faire attention car nous traversons des zones avec des rochers qui risquent d'être glissants. Il me dit que nous allons monter les 100 marches de La Padole que je ne connais pas du tout : ce sont des marches très irrégulières et il se pourrait que ce soit aussi glissant.

Rien de bien rassurant tout ça pour un débutant comme moi mais j'y suis et personne ne m'a forcé la main.

Nous terminons de nous préparer à la voiture. Il fait encore jour et la température est agréable. Mais comment cela va-t'il tourner avec la tombée de la nuit ?

Je décide de mettre un maillot manches longues avec, par dessus, mon maillot du Team "Père & fils" que j'ai fait floquer pour les 5km de Meaux le 19 Octobre dernier. Epreuve de course à pied urbaine que j'avais faite avec mon fils et superbement organisée par Eric Leblacher et la ville de Meaux.

Je prépare ensuite mes lampes frontales et mon sac à dos. Dans mon Camel Back, j'ai mis environ 750ml d'eau en me disant que ce sera largement suffisant. D'après ce que je me connais, je me dis que je devrais faire un chrono entre 2h15 et 2h30. Donc, cette quantité d'eau est suffisante.

Je prends aussi avec moi 2 barres énergétiques et 2 tubes de gel.

Je mets un bonnet et des gants car j'ai souvent froid aux main quand je cours.

Le sac à dos est posé sur les épaules et nous partons nous échauffer avant le départ...

Le fameux maillot du Team "Père & Fils"

Le fameux maillot du Team "Père & Fils"

Nous sommes prêts à en découdre... Manu avec le chrino et moi avec le parcours...

Nous sommes prêts à en découdre... Manu avec le chrino et moi avec le parcours...

Après avoir trottiné un peu, nous entrons dans la zone de départ. Nous y retrouvons Pascal Schinacher, un copain de notre nouveau club dans lequel nous nous sommes engagés avec Manu à partir de la saison 2015, le TCV91.

Nous discutons, rigolons. Une très bonne ambiance règne dans la zone de départ.

Les dernières consignes sont données sur le parcours et l'organisateur attend que la nuit commence à tomber pour donner le départ...

17h36... Top départ !!!

Ca y est... C'est parti pour 21km de chemins, d'ornières, de montées, descentes, rochers, racines arbres et autres amusements nocturnes...

Les 3 premiers km ne comportent aucune difficultés si ce n'est la foule des 600 partants et je suis Manu qui me semble vraiment à l'aise dans ces chemins. Pour ma part, je suis obligé de me concentrer pour bien place mes pieds afin de ne pas risquer l'entorse.

Je ne peux pas suivre le rythme de Manu. Je décide donc de ralentir afin de me concentrer sur ma foulée et mon placement.

Au bout de ces 3km, arrive le première difficulté pour moi : Une descente. C'est un large chemin que je connais de jour pour l'avoir monté en VTT et en vélo de cyclocross.
A ce moment-là, je sens que cela va être compliqué. Je ne suis clairement pas à mon aise dans les descentes. Je me fais dépasser de tous les côtés par des habitués.

Ensuite, c'est un chemin qui nous emmène dans les bois de La Padole où la première grosse montée se situe. Cette difficulté confirme mes impressions du matin : Je n'ai pas de soucis sur ce type d'obstacle. Ca passe bien en alternant marche et course.

Les difficultés vont s'enchainer sur le parcours jusqu'au km 18.

Des montées largement à ma portée que j'enchaine sans trop de soucis. Les descentes sont bien plus problématiques : Je suis sur la retenue constamment car j'angoisse de me tordre une cheville voire de tomber.

Dans une descente plus crispante que les autres, une ampoule sous chaque pieds s'ouvre complètement. Je suis au km 13 ou 14. Maintenant qu'elles sont ouvertes, j'ai l'impression que cela fait presque moins mal.
Je prends peut-être aussi l'habitude de cette douleur.

Malgré cela, je profite de tout... Le silence, le hululement d'une chouette ou d'un hibou (j'avoue ne pas être physionomiste sur les cris d'animaux)...

Et puis, cette impression que j'ai parfois lorsque je roule de nuit juste éclairé par mes lampes :
Je suis dans un couloir...
Tout est sombre autour de moi...
Je me retrouve presque seul à un moment...
Personne devant moi sur ces chemins forestiers et quelques coureurs derrière...
Je les entends et parfois on se prévient d'un danger juste en prononçant un mot...
Rocher... Branche... Arbre...Cailloux... boue...
Chacun est dans son propre monde tout en gardant une petite attention pour celui ou celle qui suit...

Lorsqu'un coureur un peu plus rapide veut doubler, on le laisse passer et il remercie...
Le respect entre coureurs embarqués sur le même océan de l'effort sur des bateaux différents...

Nous passons du côté de La Padole, Mondeville, Videlles et le retour sur le plateau de Mondeville...

A l'issue de la dernière montée, c'est la sortie du bois et la reprise des chemins le long des champs... Après avoir traversé la route au sommet de la côté des petits pois, il reste 3 km dans les champs.

Ces 3 km sont interminables mais les jambes sont bonnes. Malgré la douleur dues à mes ampoules, j'allonge ma foulée.
Je suis motivé car, depuis le km 15, je ne me fais plus dépasser mais je remonte du monde.

L'arrivée...

Je suis d'autant plus motivé que je vois s'approcher doucement les lueurs de Mondeville et reconnais bientôt ce chemin que je prenais en VTT lorsque nous faisions le tracé du rallye VTT des Andains de Mennecy puis du Club Cycliste de Mennecy que je viens de quitter pour partir vers de nouvelles aventures avec le TCV 91...

Je croise 2 personnes de l'organisation qui remonte le chemin sur lequel je suis :

"Aller... Plus que 500m !!!" me lancent-ils...

"Merci les gars... Super votre parcours !!!" leur répondis-je...

Un dernier petit faux-plat et c'est la ligne d'arrivée... Ouf... C'est fait !!!

Je regarde mon compteur GPS qui ne m'indique que 18.5 km car il a perdu la connexion satellite durant un moment.

Il est 19h56... Donc environ 2h20 d'effort pour ce premier trail et en nocturne...

Je suis content même si je sais que je vaux bien mieux que ce chrono-là. Mais j'ai terminé et je ne suis pas totalement cramé. C'était mon objectif de terminer ce trail dans de bonnes conditions en y prenant du plaisir...

C'est donc fait... Un plaisir maximum, un moment de grande convivialité autour de ce type d'épreuve...

Le bilan...

Sur le plan sportif, je me place 395ème sur 588 en 2h20... On dira que je peux faire mieux en étant préparer. Manu termine 104ème en 1h51 et Pascal Schinacher 231ème en 2h04
En tout cas, cela donne des idées pour les années à venir en essayant de me préparer un peu plus "sérieusement" pour des épreuves de course à pieds et trails...

Sur un plan personnel, l'ambiance est sensationnelle avec une grande convivialité aussi bien de la part des bénévoles de l'organisation que les coureurs eux-mêmes.

Finalement, le seul défi est celui contre soi-même en fonction de son objectif... Un chrono ou tout simplement aller au bout de son épreuve...

Merci à vous tous de me suivre... Prenez soin de vous...

Avec Manu à l'arrivée... On est heureux !!!

Avec Manu à l'arrivée... On est heureux !!!

Hommage...

Je dédis ce récit à Jacques Charleuf de Club Cycliste Mennecy Villeroy et Aimé Ogou du Club des Andains de Mennecy qui nous ont quittés tous les deux à quelques jours d'intervalle il y a quelques jours...

Reposez en paix les copains...

Lire la suite
1 2 3 > >>